Welsh

Ce weekend, j’étais à la braderie de Lille. Si je vous raconte ma vie, c’est bien sûr pour vous parler de bouffe, mais pas de moule ! Bon, vu qu’on y croise pas mal de tas et encore plus de moules, voici un tas de moules !

Un tas de moules

Pas chère la moule !

Reste à savoir si on s’y met avec la bouche ou les doigts !

Pour faire simple et pour ceux qui ne connaissent pas, la braderie de Lille, c’est deux jours d’étalages portnawakesques pendant lesquels particuliers, professionnels, brocanteurs, voleurs, escrocs et cambrioleurs se retrouvent dans un joyeux bordel occupant une grande partie de la ville.
On y trouve de tout, des 501 véritables à dix euros (« Si si, c’y di vrais mon frère, j’t’y jure ! ») aux roues de ta bagnole avec les portes mais sans les clés. Bref, c’est divers et varié.

Welsh

Version oeufless

Pour la bouffe, idem, c’est divers et avarié ! Ici, la norme HACCP a autant de signification que le succès de One Direction.

Nombreux sont ceux qui s’improvisent vendeurs de spécialités ch’tis ou flamandes bien connues telles que les merguez, kebabs, hamburgers, olives provençales tunisiennes, saucissons et nougats artisanalement industriels, churros, j’en passe et des pires…

Ainsi, quel régal d’observer un aspirant cuistot sortir des merguez d’un sac plastique, en mettre une partie sur un barbecue, remettre le reste dans le sac, le tout dans un autre sac ramassé sur le trottoir, et enfin ranger l’ensemble dans le même frigo que les boissons… non branché !

Quel bonheur également de voir trois gamines jouant aux marchandes de churros, mais surtout avec leur vie, près d’une cuve d’huile bouillante sans aucune protection, de laquelle elles extirpent des churros contenant plus de gras que de churros.

Welsh

On continue la franche rigolade avec un stand proposant des hamburgers dont les pains malades aussi alléchants qu’un steak au poivre sans steak (The Blues Brothers pour les incultes !) se meurent tranquillement à l’air libre depuis plusieurs heures, ou encore, des vendeuses de crêpes aussi douées pour faire une pâte grumeleuse à souhait que pour l’étaler, ce qui devrait constituer un motif légitime de déclaration de guerre de la Bretagne au reste du pays. PIIIIRATES !

Attendez, c’est pas fini, il faut que je vous parle de la tente modèle RSA Luxe réalisée avec des bâches de protection, faisant office de restaurant et surtout du vendeur de saucissons (les 2000 à 10 euros), soi-disant lyonnais, qui propose un saucisson au Camambert. En fait, ça s’écrit Camembert, mais là il y a une faute… Oui, alors cher lecteur, si tu fais partie des 2% de la population qui savent encore écrire, ne m’en veux pas, car quand j’ai montré le stand à mes amis, le premier a compris et l’aut’ a ri ! Oui, toi aussi, fais des jeux de mots pourris avec l’accent ch’ti !

Rassurez-vous, à priori, cette année, on aura échappé aux merguez à l’eau de Javel de l’édition précédente… Toujours est-il que l’on a clairement dépassé plusieurs galaxies dans le portnawak.

Welsh

En revanche, pour trouver une tarte ou une flamiche au Maroilles, un cramique au sucre ou un welsh, il faut chercher, voire bien chercher !
Le welsh, donc. C’est ce qui nous intéresse.

Attention, slam :

Je bois une bière parce-que je dessèche
Je bois une autre bière avec ma sèche
Je bois une autre bière et je m’émèche
Faut qu’j’éponge, je m’fais un welch

OK j’suis pas Gainsbourg, j’suis dans la dèche
Mais j’préfère ça au rap des ouesh
qui pollue jusque-là où j’crèche
J’vous jure, ça fait ièch !

Voilà, j’ai posé mon slam, j’vais poser ma pêche. Non, je vais plutôt vous donner la recette, qui n’est en fait que de l’assemblage, mais quel assemblage !

Oui, bon alors ok, au départ le welsh est gallois et pas ch’ti, mais ils se trouve que les ch’tis savent ce qui déch’tire et qu’on en trouve dans tous les vrais restos du Nord ! Voilà !

Welsh

Pour un welsh complet, il nous faut une tranche de pain de mie, une tranche de jambon blanc, 200 g de cheddar, une cuillère à café de moutarde et un œuf. Il nous faut également 10 cl de bière, brune pour plus de caractère ou blonde si on n’a rien compris. Comme les filles en fait. Et pour l’accompagnement, de la salade verte, un peu, des frites, beaucoup, et de la mayo, passionnément.

On aplatit la tranche de pain de mie qui n’a rien demandé, ce qui nous permettra de perdre 2 des 80 000 calories qu’on va ingurgiter. On la toaste légèrement éventuellement, et on la place au fond d’un ramequin avant d’y poser une tranche de jambon blanc. On met la bière dans une casserole, on amène à ébullition et on y fait fondre le cheddar coupé en cubes à feu doux, sans cesser de remuer avec une cuillère en bois. S’il devient grumeleux, c’est bien fait, fallait pas être pressé et tout foutre à fond !
Lorsqu’il est fondu, on ajoute la moutarde, on mélange bien et on verse le tout dans le ramequin sur le jambon qu’est toujours sur le pain. Si ce n’est pas le cas, il est probablement dans la gueule du chien ! On met au four à 180°C jusqu’à ce que ça brunisse un chouille.
Pendant ce temps on fait un œuf sur le plat. Je vous épargne la recette hein. Toutefois, pour ceux qui la voudraient, il est encore temps d’intégrer le CE1.

On sort le ramequin du four, on met l’œuf au-dessus (du ramequin, pas du four), on goûte, on se brûle la gueule, mais surtout on kiffe ! Et on jette sa balance, car comme son nom l’indique on pèse personne !

A accompagner avec quelques litres de bière, bien entendu. Si vous n’êtes ni ch’ti, ni picards, vous ne pouvez pas comprendre !

Welsh

Welsh

Welsh

Welsh

Façon food porn


Retrouvez ci-dessous la fiche imprimable de cette recette.
Welsh
Welsh
Imprimer la recette
www.rienafood.com
Portions
1 personne
Portions
1 personne
Welsh
Welsh
Imprimer la recette
www.rienafood.com
Portions
1 personne
Portions
1 personne
Ingrédients
  • 1 tranche pain de mie
  • 1 tranche jambon blanc
  • 200 g Cheddar
  • 10 cl bière (brune de préférence)
  • 1 càs moutarde
  • 1 oeuf
Instructions
  1. Aplatir la tranche de pain de mie
  2. La toaster
  3. La poser dans un ramequin qui va au four
  4. Amener la bière à ébullition dans une casserole et y faire fondre le Cheddar à feu doux en remuant avec une cuillère en bois
  5. Lorsque le fromage est fondu, ajouter la moutarde et bien mélanger
  6. Faire légèrement brunir au four à 180°C
  7. Pendant ce temps, faire cuire un œuf au plat
  8. Sortir le welsh du four, poser l’œuf dessus et servir immédiatement
Notes

Le welsh se déguste idéalement avec de la salade verte, des frites et une bonne bière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *